Accueil du site > Etudier en France > Les études supérieures en France

Les études supérieures en France

Voulez-vous étudier en France ?

Voici une présentation en slovène des études en France de l’organisation étudiante Šouvizija, réalisée par Tamara Juričić, Mark Ravbar et Matic Poropatič.

Vous y trouverez également une interview de l’Ambassadeur de France en Slovénie (en anglais avec des sous-titres en slovène) et le témoignage d’un étudiant slovène qui a étudié en France. Le paysage universitaire français

I. La France investit dans l’enseignement supérieur

Chaque année, la France consacre plus de 20 % de son budget national à l’éducation. Un chiffre très important, qui permet d’offrir à tous les étudiants :

  • Des formations supérieures dans tous les domaines et à tous les niveaux,
  • Un réseau exceptionnel d’établissements d’enseignement supérieur et des centres de recherches de renommée internationale,
  • Des cursus et des pédagogies adaptés à chaque objectif personnel et professionnel,
  • Un système public garant de la qualité des formations et des diplômes reconnus sur le plan international,
  • Un cadre de vie et d’échanges culturels d’une grande richesse, au carrefour de l’Union Européenne,
  • Une formation financée en partie par l’État pour tous les étudiants.

II. L’organisation des études

Constatant les divergences entre les systèmes nationaux et les obstacles qui en découlaient pour la mobilité des étudiants, les ministres de l’éducation de 27 pays membres de l’Union européenne se sont fixés, en 1999 à Bologne, une série d’objectifs afin d’harmoniser l’architecture du système européen d’enseignement supérieur. Depuis quelques années, la France a modernisé son système en conséquence pour faciliter les orientations progressives et favoriser la mobilité internationale des étudiants en appliquant les trois grands principes du cadre européen :

  • Le système LMD en trois cycles : Licence (en 3 ans) / Master / Doctorat. La France distingue deux types de masters : les “masters professionnels” et les “masters recherche” destinés à la poursuite d’un doctorat.
  • Un “Système européen de crédits – ECTS (European Credit Transfert System)”, un crédit correspondant au volume de travail que l’étudiant doit fournir pour valider un cours. Ces unités sont capitalisables et transférables :
    - Licence (L) = 6 semestres = 180 ECTS
    - Master (M) = 4 semestres = 120 ECTS
    - Doctorat (D) = 3 ans minimum après un master (non exprimé en ECTS).
  • Une organisation en semestres et en Unités d’Enseignements (UE).

III. Schéma des études supérieures

- L’enseignement supérieur regroupe toutes les formations postérieures au baccalauréat . Le graphique ci-dessous montre les durées en années post-baccalauréat des différentes formations proposées en France dans le cadre du système universitaire européen LMD (Licence/ Master/ Doctorat).

Source : CampusFrance, document ’L’enseignement supérieur français’

- L’enseignement supérieur français comprend principalement 4 types de formations :

  • les formations universitaires ;
  • les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) ;
  • les écoles spécialisées ;
  • les sections de techniciens supérieurs (ex. BTS, DUT). Vous devez être titulaire du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent pour suivre des études supérieures.

- Précisons le concept de “grandes écoles” qui fait l’une des spécificités françaises dans le cadre du système LMD. Ces “grandes écoles” regroupent des établissements publics ou privés, tels que des écoles d’ingénieurs, les écoles normales supérieures (ENS), les instituts d’études politiques (IEP), des écoles de commerce et de management, les écoles vétérinaires et d’autres écoles de spécialités diverses. Les écoles reconnues par l’Etat délivrent des diplômes de niveau bac+5, dont certains confèrent le grade de Master (ex. ingénieurs).

- En dehors des universités et des grandes écoles, d’autres établissements d’enseignement publics ou privés (payants) proposent des cursus dans des secteurs spécifiques (écoles ou instituts spécialisés dans la santé, le secteur paramédical, l’audiovisuel, la communication, le journalisme). La durée d’étude au sein de ces établissements est de 2 à 5 ans.

IV. Deux systèmes de formation

En tenant compte des quatres types de type de formations, deux systèmes coéxistants s’esquissent dans le paysage de l’éducation supérieure en France :

  • Un système ouvert au sein des universités. C’est le système qui accueille le plus grand nombre d’étudiants. Tous les bacheliers ont le droit d’y entrer sans sélection préalable. Les formations y sont très diversifiées ;
  • Un système sélectif à capacité d’accueil contrôlée. L’entrée s’y fait par concours, examen, ou dossier, éventuellement complété par un entretien. C’est le système en vigueur notamment dans les grandes écoles, les instituts universitaires de technologie (IUT) et les instituts universitaires professionnalisés (IUP). Ils forment principalement les cadres supérieurs et intermédiaires de l’Etat et des entreprises.

V. Ouverture vers l’International de l’enseignement supérieur en France

La France fait partie des pays hôtes qui accueillent, au sein de ses institutions d’enseignement supérieur, le plus grand nombre d’étudiants étrangers.

Les raisons de ce succès tiennent à la qualité de l’enseignement supérieur français, à la qualité de la vie quotidienne et de l’offre culturelle ainsi qu’aux perspectives européennes ouvertes par un projet d’études en France. Mais elles tiennent aussi au fait qu’il n’est plus nécessaire de pratiquer couramment le français pour étudier dans notre pays. Un grand nombre de formations est en effet désormais enseigné en anglais.

Par l’intermédiaire de l’Agence CampusFrance, la France s’est dotée d’une structure opérationnelle se chargant, entre autres, de répertorier et indexer ces formations dispensées en anglais (Voir le lien suivant, programs taught in english, du site internet de CampusFrance). Ces formations sont chaque année de plus en plus nombreuses.

Cela ne signifie pas pour autant que nous renoncions à notre langue : ces étudiants qui maîtrisent bien l’anglais au départ, deviendront progressivement francophones, non seulement parce que le français leur sera très utile pour la vie quotidienne, mais aussi parce qu’ils en saisiront progressivement l’intérêt culturel et académique, parce qu’ils constateront l’ouverture que cela procure sur l’ensemble des pays francophones dans le monde, sur les possibilités d’emploi dans les grands groupes industriels français installés aux quatre coins du globe.

VI. Sites internet et documents complémentaires

  • Présentation powerpoint de CampusFrance, L’enseignement supérieur français :
PowerPoint - 3.6 Mo
Enseignement supérieur en France
  • Document du MERS, La France à la Loupe : L’enseignement supérieur en France.

VII. Contact

Pour de plus amples infomations, veuillez contacter :

Thomas Wellebrouck, attaché scientifique et universitaire, Institut français de Slovénie. - Tél : +386 1 2000 532 , science institutfrance.si

Liens utiles

Contact | Cookies | Crédits | Plan du site | | Suivre la vie du site RSS 2.0

Partenaires francophones